La grande famille des radars s’agrandit avec l’arrivé d’un nouveau radar à passage piéton. Tout simplement, il s’avère qu’après les radars aux stop, c’est au tour d’un tout nouveau dispositif de faire grincer les dents et d’enrichir l’arsenal de la sécurité routière. Sa cible ? les automobilistes trop zélés qui en conduisant à vive allure, s’aventureraient à ne pas céder le passage aux piétons.

Nouveau radar à passage piéton, reste un outil de prévention, dissuasif et réprimant

radar-a-passage-pieton

Vous nous croyez si nous vous disons que désormais ne pas céder le passage aux piétons sur un passage clouté peut être passible d’une amende de 135 euros et du retrait de 4 points sur le permis ? En effet, selon Autoplus, un prototype de radar à passage clouté serait actuellement en test en France et sa première mise en service pourrait intervenir en janvier 2017 à Calais.

Près de 463 piétons ont perdu la vie sur la route en 2015. La répression des incivilités sur la route n’est jamais à court d’idées pour réduire l’hécatombe sur les routes. Après les classiques « totems », « hiboux » ou autres « barbecues » comme s’amusent à baptiser les automobilistes les différents radars plantés sur les routes. Le nouveau radar à passage piéton, nouvel outil de sensibilisation, qui vient compléter la vaste panoplie de dispositifs axés sur le respect du code de la route pour mieux contrôler si les voitures donnent bien la priorité aux piétons qui attendent de traverser aux abords du passage clouté.

Les automobilistes auront donc à redoubler de prudence pour éviter des malheurs et conserver leurs points. Ce radar de surveillance trouvera sans mal sa place sur certaines routes sans feu rouge, près d’établissements scolaires, ou dans des zones à forte circulation. Au canada, le modèle semble marcher. Un automobiliste sur cent est sanctionné.

Comment cela fonctionne et que risque l’automobiliste ?

Suffisamment visible et Installé sur un mât télescopique de quatre mètres de haut, le boitier est mobile et changera de place pour mieux surprendre. Inutile donc d’espérer déjouer les risques ou les parcours connus. Le radar est équipé de deux caméras dont chacune identifie tour à tour les piétons et les voitures. Lorsqu’un piéton s’engage sur la chaussée et franchit une ligne de sécurité virtuelle, un potentiel risque est repéré par les caméras à l’approche d’un véhicule. L’immatriculation est alors scannée et les images sont envoyées à un serveur central par le biais d’un dispositif 3G/4G. Ce sera ensuite à un agent d’analyser les images et de déterminer s’il s’agit ou non d’une infraction. Cette dernière sera matérialisée par une courte vidéo. La sanction est de 135 euros et 4 points de retrait sur le permis de conduire.