Plus tôt dans l’année, un bon nombre de constructeurs automobile avaient consenti à équiper leurs futurs voitures d’un système de freinage automatique pour réduire l’hécatombe sur les routes. Aujourd’hui, la commission européenne envisage d’imposer ce dispositif d’assistance à la conduite sur tous les véhicules neufs. La voiture de demain sera-t-elle complétement sécurisée et autonome ?

90 % des accidents sont dus à une erreur humaine

Imaginez que vous soyez bloqués dans un bouchon, vous tournez la tête pour vous saisir de votre téléphone, et voilà vous percutez la voiture de devant.

Avec le système de freinage automatique d’urgence, ni constat, ni passage chez le carrossier : la voiture s’immobilise seule ! Une caméra détecte en effet les obstacles qui se présente devant le véhicule. En cas d’inadvertance, le conducteur est mis en garde par une alerte sonore d’une collision imminente. Faute d’une réaction, le système enclenche le freinage automatique qui stoppe la voiture.

Du côté du pays de l’Oncle Sam, les voitures qui débarqueront sur les routes nord-américaines seront toutes équipés de l’AEB (Automated Emergency Braking) et ce à compter du 1er septembre 2022.

Le freinage automatique d’urgence gagne du terrain en Europe. En effet, la commission européenne se hâte à son tour pour l’adoption d’une loi obligeant les constructeurs à installer les dispositifs de sécurité, à l’instar de l’aide au maintien de la trajectoire, du détecteur de somnolence et du freinage d’urgence, pour une conduite de plus en plus assistée et sécurisée.

Compte tenu des chiffres alarmants et des estimations, le freinage automatique contribuera considérablement à réduire le nombre d’accidents à cause de télescopages. 28 000 accidents susceptibles d’entraîner 12 000 blessés pourraient être évités grâce à ce système d’aide à la conduite qui prend le contrôle de la pédale de frein, décélère le plus rapidement et atténue la gravité du choc lorsque la collision est inévitable. En somme, plus un véhicule est en mesure d’exploiter des capteurs en cas de danger, plus il saura éviter l’incidence ou du moins en limiter les dégâts.

Le système de freinage automatique, entre dissidents et partisans

Si l’on y voit une avancée louable, difficile de ne pas être précautionneux quant aux conséquences de l’expansion de cette technologie qui soulève toutefois une question : un automobiliste ne risquerait-il pas de prendre goût au fait d’être trop assisté en perdant de vigilance au volant. Le freinage automatique d’urgence ne se substitue pas à l’inattention du conducteur.

D’autres dispositifs d’assistance figurent également sur la liste des recommandations et devraient bientôt faire les beaux jours des voitures à venir. Le détecteur de somnolence, le correcteur de trajectoire et le contrôle de la pression des pneumatiques sont préconisés.

Et la sécurité des piétons ?

La sécurité des piétons n’est pas en reste, puisque la direction générale de l’industrie de la Commission européenne souhaite généraliser les dispositifs de sécurité en faveur des piétons et cyclistes. A noter que des airbags extérieurs pour piétons ont été inaugurés pour la première fois par Volvo sur sa berline V40.

Bonnes élèves de la sécurité prédictive, les Volvo V60, Mercedes CLS, Audi A7, VW Passat, BMW série 5, Infiniti M ont fait de la technologie responsable leur leitmotiv et se sont déjà empressées d’embarquer ce système.