Les différents types de Crash Test

L’Euro NCAP ou le programme d’évaluation européenne des automobiles, est un organisme international crée en 1997 ayant pour principale mission d’effectuer des essais de choc automobile, en faisant appel à des laboratoires extérieurs pour ces opérations. Aujourd’hui, il est l’un des organismes les plus répandus en matière d’évaluation de la sécurité passive des véhicules et donc d’amélioration de la sécurité routière. Euro NCAP a développé un certain nombre de Crash-test représentant les accidents les plus fréquents dans le monde.

On compte 5 types des Crash-test généralement sont :

L’essai avec le choc frontal

le véhicule est projeté à la vitesse de 64 km/h sur une barrière fixe, le choc représente ici une collision entre deux voitures. L’obstacle est soit placé sur la gauche du véhicule, et donc seulement 40% de la largeur de la voiture heurte la barrière, il s’agit du choc frontale partiel. Soit la largeur du véhicule est à 100% heurtée à la barrière et dans ce cas la voiture est lancée à 50 km/h.

L’essai avec le choc latéral

ce genre d’accident est parmi les plus graves. Ce test permet a pour but de simuler les contraintes exercées sur le véhicule. La voiture est donc percutée latéralement par une barrière mobile déformable lancée à 50 km/h pour reproduire la collision d’un véhicule à un autre dans le cas où le premier ne s’arrête pas à un Stop par exemple.

L’essai avec un choc poteau

introduit en 2000, ce type d’essai s’effectue en lançant le véhicule à une vitesse de 29 km/h contre un poteau de 25.4 cm de diamètre au niveau du siège conducteur. Ici, la présence des airbags rideaux est primordiale pour la protection de la tête. Depuis 2015, la vitesse est devenue 32 km/h.

L’essai avec un choc piéton

Pour ce genre de test, beaucoup d’essais sont effectués avec des mannequins simulant des piétons. Ces dispositifs sont heurtés à une vitesse de 40 km/h à l’avant de la voiture. Ainsi, grâce à ce test, les endroits les plus dangereux pour un piéton sur la face avant du véhicule sont déterminés, les capots deviennent donc déformable et reçoivent des airbags. Pour éviter ce genre de choc, des mesures on été prises telles la rigidifiassions du capot ou la mis en place d’un capot actif se soulevant tout seul lors du choc.

L’essai avec un choc arrière


encore appelé « coup de lapin » ou « traumatisme en coup de fouet » est un test simulant l’accident où l’onde de choc se propage d’arrière en avant. Ces genres de chocs sont généralement dus à un déséquilibre des deux voitures qui entrent en collision. L’introduction de cet essai a fait l’objet d’amélioration des sièges et des appuie-têtes.

L’Euro NCAP travaille essentiellement sur quatre domaines :

  • La protection des occupants adultes : l’une des premières cotations introduites par l’Euro NCAP, trois tests y sont effectués ; choc latéral, choc frontal et choc poteau en fonction desquels la note est décernée. S’ajoute à cela le résultat du test du choc arrière qui s’effectue séparément.
  • La protection des occupants enfants : depuis 2003, une cotation ayant pour objet la protection des occupants enfants a été introduite par l’Euro NCAP. Pour ce faire des mannequins représentant des enfants de 18 à 3 ans sont utilisés dans ces tests.
  • La protection des piétons : les tests effectués dans le cadre de cette cotation visent à réduire le nombre de piétons accidentés et améliorer les performances des véhicules dans ce sens.
  • Aide à la sécurité : la présence des systèmes d’aide à la sécurité dans les véhicules est de plus en plus primordiale pour leur rôle limiteur d’accident. Ces systèmes sont évalués par l’Euro NCAP.